L’artichaut, dont le nom, venu de l’arabe, a transité par l’Italie, est une espèce de chardon dont on déguste les fleurs. Enfin, “déguste”… Il faut le dire vite. On ne va pas se mentir : jamais tu n’entendras Josiane, de la compta, dire : « Ce soir je fais des artichauts, ça va être un régal. » Et personne ne s’est jamais relevé à 3h du matin pour se taper la cloche avec le reste d’artichaut de la veille. Donc on redescend doucement.

Disons que l’artichaut est comestible, s’il est accompagné de sauce. Mais sa consonne finale est parfois difficile à avaler. Un t ? Un d ?


Pour ne plus se tromper, il faut se rappeler que l’artichaut s’effeuille. En douceur, langoureusement. Sur du Barry White. L’artichaut, c’est le Magic Mike du potager (je ne vais pas te faire un dessin). Il se livre donc à ce que l’on appelle plus communément un “strip-tease”. Un mot qui, tout comme son nom, comporte deux “t” : sTrip-Tease/arTichauT.

Pour ne pas heurter la sensibilité des jeunes lecteurs, l’affriolant légume a ici été flouté.

Tu sais maintenant comment écrire la phrase : “J’adore manger des artichauts”, si jamais il te vient à l’esprit de dévoiler cette part de ton intimité.

Bonus :
De manière imagée, on dit d’une personne qui offre son amour au premier venu (puis à un autre, et un autre encore) qu’elle est un « cœur d’artichaut ». En effet, après avoir distribué son affection à autant de personnes que l’artichaut comporte de feuilles, elle se retrouve le cœur à nu.
Le terme « artichaut » (ou « artiche ») désigne également un objet du quotidien : le portefeuille. Oui, parce que tous les deux portent des feuilles. L’humour n’a décidément pas de limites.

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *